One thought on “Un cutter et du canson

  1. Le feu s’échappa emporté
    par un mouvement d’or
    qui le maintint suspendu
    fugace, immobile, fibrillant:
    vibration érectile, éclat de métal
    pétale de météores.

    Il allait, volant sans voler
    concentrant le soleil infime
    en hélicoptère de miel,
    en syllabe d’émeraude
    qui de fleur en fleur dissémine
    l’identité de l’arc-en-ciel.

    De ses deux ailes invisibles
    il secoue un tournesol
    sanctuaire de soie somptueuse
    et le plus minuscule éclair
    brûle dans son incandescence,
    statique et vertigineux.

    Pablo NERUDA
    le pique-fleur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *